CC du Champsaur
banniere
 

Un bâtiment économe en énergie

Le Centre Aquatique Intercommunal à Saint-Bonnet a ouvert partiellement ses portes à partir du 06 février 2016 pour ensuite ouvrir entièrement dès le mois de juin. 

Les travaux et leur déroulement ont connu tout au long des années 2014 et 2015 diverses adaptations ayant engendrées des retards sur le calendrier initial avec une ouverture plus tardive que prévue. Cependant dès les vacances de février,  les amateurs de natation ont pu venir savourer l’eau chaude tout en admirant les sommets sous la neige !

 

Le fonctionnement général

Le centre aquatique répond à plusieurs types de besoins :

  • la population résidente du Champsaur dispose d’un équipement pour des activités à l’année
  • Toutes les écoles du Champsaur Valgaudemar sont accueillies, ainsi que certaines classes du collège. Les activités scolaires ont pu démarrer après les vacances d’hiver et ont déjà accueilli de nombreux enfants.
  • Les cours de natation dispensés par les maîtres-nageurs du centre aquatique sont possibles et répartis selon un calendrier spécifique. Se renseigner auprès de l’accueil du Centre Aquatique.
  • les activités  associatives auront un accès réglementé possible tout au long de l’année. Le calendrier des activités débutera avec la rentrée scolaire de septembre.
  • l’accueil des touristes sera favorisé par des plages d’ouverture plus importante en période de vacances scolaires.

 

Les principaux choix techniques

L’énergie est un des principaux coûts de fonctionnement d’un centre aquatique, c’est pourquoi afin d’obtenir un équipement performant du point de vue des consommations d’énergie, il a été choisi de réaliser

  • un bâtiment passif ;
  • une isolation du bâtiment ;
  • une déshumidification thermodynamique avec valorisation de la chaleur de réjection ;
  • une modulation du débit d’air neuf dans les vestiaires et les douches ;
  • la pose d’une couverture sur les deux bassins.

Ces choix permettront de diminuer la consommation d’énergie de 40 à 50% par rapport à une piscine « classique » ayant un système de déshumidification par modulation du débit d’air neuf.

Apports solaires

Le chauffage des halls bassins est basé principalement sur le soleil grâce aux apports permis par l’utilisation de la toiture en texlon et les baies vitrées. Les coussins ont naturellement des propriétés isolantes (un coussin de toit comportant 3 couches est plus isolant qu'un triple vitrage en position horizontale).

En été, la surchauffe possible sera régulée par les systèmes de ventilation et par des ouvrants qui doivent d’ailleurs être complétés suite aux préconisations complémentaire de l’étude thermodynamique réalisée .

La déshumidification thermodynamique

L'énergie principale utilisée pour le chauffage de la piscine est le soleil, l'énergie complémentaire nécessaire au chauffage ainsi qu’à la déshumidification thermodynamique de l’air est l'électricité. La machine à absorption permet de récupérer l’énergie provenant de l’évaporation des bassins et de traiter le problème des chloramides issus de la dégradation du chlore.

La chaleur ainsi récupérée  sera utilisée pour :

  • le préchauffage de l’eau chaude sanitaire ;
  • le préchauffage de l’air des halls des bassins ;
  • le préchauffage de l’eau des bassins

La couverture des bassins

En période de non occupation, le chauffage et la ventilation seront réduits en température de façon à diminuer la consommation d'énergie. Les bassins sont recouverts d'une couverture thermique ce qui évite les pertes de chaleur par évaporation, rayonnement et convection.

Cela conduit à diminuer considérablement le besoin de déshumidification qui représente la plus grosse partie des consommations d'énergie.

La gestion technique du bâtiment

L’ensemble des installations sera géré par un système informatique de gestion technique qui aura pour tâches principales :

  • la gestion de la production de chaleur et de froid ;
  • la régulation de la température, de l'humidité spécifique, de la ventilation et de la désurchauffe en demi-saison de la piscine au travers de la gestion des centrales de traitement d'air ainsi que les circuits de chauffage ;
  • le comptage d’énergies ;
  • le suivi et maintien des performances ;
l’historique et l’archivage des données, l’analyse des pannes.